Search:
A+  A-   Nous joindre

Un élève de L’Escale détient le record canadien au cube Rubik.

Le «Club de cube» était l’hôte d’une compétition d’envergure le samedi 20 mai dernier, laquelle se déroulait à la cantine de l’école secondaire catholique l’Escale à Rockland. Des participants et  participantes sont venus d’aussi loin que Toronto, Montréal et Sherbrooke pour se mesurer aux adeptes du cube.

De Rockland, Louis Cormier est monté sur le podium 11 fois et son coéquipier, Antoine Cantin, un élève de la 8e année à L’Escale, y est pour sa part monté 5 fois. Il détient d’ailleurs deux record canadiens, dont celui du “Magic» (00:96) et aussi du «Master Magic».

Parmi les épreuves, on en compte autant d’inusitées que de loufoques. Ainsi, plusieurs réussissent à résoudre le cube les yeux bandés, tandis que  d’autres le font avec leurs pieds. Dans cette dernière catégorie, Antoine Cantin détient la 4e place en Amérique du nord.

Forts de leurs réussites, quelques membres du Club : Antoine Cantin, André Cantin, Gabriel Gratton et Louis Cormier iront  affronter d’autres adversaires coriaces au «National US»  en août prochain à LasVegas .

 

Le club tient à remercier la direction de l’école secondaire L’Escale, Madame Diane Létourneau, l’enseignante responsable du Club, les parents pour leur soutien indéfectible, ainsi que les nombreux commanditaires et le Ministère de l’éducation pour les dons et la subvention obtenue.

Bon succès à l’équipe !

 

L’Escale : Destination Nunavut

Par Josiane Corbeil

 

Un groupe d’étudiants  de l’école secondaire catholique l’Escale et de leur enseignant, Monsieur Jacques Barbary, participeront en avril à un voyage au Nunavut. Le groupe part à la découverte d’une communauté inuit sur la terre de Baffin – Pangnirtung. Celle-ci est située à environ 300 km au nord d’Iqaluit. Le voyage a pour but de permettre aux participants de développer une meilleure compréhension du Canada. Les jeunes auront la chance de découvrir une autre culture, ainsi qu’apprécier la diversité et l’immensité du paysage. Un voyage qui sera unique et mémorable.

Durant le séjour au Nunavut, les participants feront la découverte de la culture inuit incluant la langue, l’art, les différentes traditions et quelques expéditions sur le terrain pour apprécier le paysage. Au retour du voyage, les jeunes Inuits auront à leur tour la chance de découvrir la grande région de la capitale nationale. Plusieurs activités seront à l’horaire: le musée des civilisations, le parlement, la piscine à vague, les restaurants, le magasinage, une visite à Montréal et le festival de la tulipe.

Les groupes de l’Escale et d’Attagoyuk ont été jumelés par le programme échange jeunesse  Canada de la SEVEC (société éducative de visites et d’échanges au Canada), qui relève du ministère du Patrimoine canadien. À l’aide de leur financement pour le transport aérien, l’échange étudiant est enfin possible pour les deux groupes. Une aventure unique  qui permettra aux étudiants de créer des liens continus par l’entremise de divers médias sociaux.

Danse "Flash Mob" à l'Escale!!!

 

Toute la population étudiante, de la 7e à la 12e année, a eu le plaisir de participer à un défi collectif lancé par l'émission RAD-ART, vendredi dernier.

Le tout a été orchestré par  deux enseignantes : Madame Josée Bouchard, responsable de l'animation culturelle, ainsi que Madame Sophie Thivierge, qui  a signé la chorégraphie et qui a coordonné les pratiques avec sa classe de danse 10e année.

Le tout sera diffusé lors de la prochaine saison. L'animateur Michel Bénac s'est adressé aux élèves à la fin du tournage pour leur dire qu'il était impressionné de leur énergie,  qu'ils étaient certainement le groupe à battre pour le «Flash Mob dance».

Une dernière pratique avant le tournage.

L'animateur, Michel Bénac, en compagnie du réalisateur et d'un caméraman, s'adresse aux élèves.

On écoute les directives.

 

La classe de danse de Madame Thivierge, en compagnie de l'amimateur de l'émission RAD-ART, avec le sourire de la fierté d'un travail bien accompli!

 

 

On fête la Sainte-Catherine

La Sainte-Catherine, c'est plus que du bonbon!

 

Les élèves du Comité culturel de l'Escale s'en sont donné à cœur joie, dans la préparation de la tire traditionnelle du 25 novembre, en compagnie de leur enseignant responsable, Monsieur Patrick Bergeron. Pour ce faire, ils ont squatté la cuisine de la cantine, ainsi que celle des locaux de technologie et ont invité des profs et des élèves. En tout, une vingtaine de personnes  se sont relayés pour mettre la main à la tire, laquelle allait être distribuée en guise de récompense le lendemain, aux élèves qui s'était « greyés »  de leur chemise carreautée. Certains, comme Monsieur Roman Nowak, ont poussé la blaque jusqu à porter une chemise « carrotée », (oh quel jeu de mots!) en ayant l'audace d'y accrocher de vraies carottes. Madame Clavel, pour sa part, avait amené des chemises à carreaux en quatité industrielle, pour tous ses élèves qui n'en avaient pas!!! Bref, comme on dit : « Le party a pogné ». Pendant la première période du matin, le Comité a circulé dans les classes pour récompenser les participants qui arboraient leurs chemises rayées des deux bords, en leur remettant un morceau de leur sucre d'or...

À l'heure du dîner, tous les stocks se sont envolés et l'ambiance était carrément à la fête, puisque les vendeurs de tire, ont même esquissé quelques pas de danse sur des reels folkloriques d'occasion.

Dire qu'on doit cette belle fête à deux ambassadrices canadiennes pour des raisons bien différentes : la première,Catherine, parce qu'elle a refusé de se marier, et la seconde, Marguerite Bourgeois, pour avoir contribué à l'essor de  l'éducation de langue française au Canada.

Sur la photo: Monsieur Patrick Bergeron fait la démonstration de la technique d'étirement de la tire.

 

Texte et photo: Sylvie Houle 

SKI AU MONT CASCADES - ANNULÉ

La sortie du 9 mars est annulée.Passez au local 48 pour être remboursés.

L'Escale part en congé sur un air de Fête, et quelques profs avec les cheveux en moins!

 Les festivités de Noël ont commencé pour l'école secondaire l'Escale, le mercredi 16 décembre dernier, avec la Messe, suivie du traditionnel dîner  de Noël, organisé cette année par la classe de Madame Diane Létourneau. Le lendemain, un spectacle époustouflant a était présenté aux élèves et représenté en soirée dans sa  version allongée, sous la direction de Monsieur Patrick Bergeron.  L'équipe de musiciens, musiciennes, chanteurs et chanteuses nous en ont mis plein les oreilles, en interprétant des classiques de Noël, dont plusieurs ont été réarrangés dont  le célèbre "Casse-Noisette" en Rock médiéval.

 À la guitare, Yannick Gosselin, et Jessie Anderson , deux petits nouveaux  qu'on aura aussi la chance d'entendre dans Showbizz 2010, ont  vraiment pris leur  place sur l'estrade en donnant la réplique musicale au  non moins grouillant Justin Tabor, qui en est à sa dernière année à L'Escale.  À la basse, Patrick Gravelle et Heinrick Gonneville  donnaient la réplique au batteur  Marc-André Sabourin, qui  avait l'air d'avoir mille bras! Les  accompagnait au piano, une autre valeur sûre, Mariève Groulx, qui  a aussi assuré le rôle de directrice musicale. Cette superbe équipe accompagnait de belle façon les très harmonieuses voix de : Stéphanie Joanisse, Stéphanie Laurin, Sofiane Doyon-D'amours, qui a aussi joué du saxophone, de Maxime Beauchamp et de Chanel Beauchamp.

 La classe de musique de Madame Émilie Aubut et de Madame Geneviève Séguin ont ouvert le spectacle avec une pièce jouée par un groupe d' élèves de la  7e à la 11e année. On  a pu  ainsi apprécier entre autres,  les talents d'Eugénie Tessier à la contrebasse, d'Éloïse Soroka-Lavictoire au violon, de Marie, une élève allemande (dont on n'ose  massacrer le nom de famille), en échange étudiant, au violoncelle et  de Jonathan Ross, à la flûte.

 Du côté de la danse,  Danika Gosselin, Jasmine Gauthier, Stéphanie Joanisse, Véronique Dagenais, Josiane Gaumond et Mélina Godard, n'avaient certes plus de fourmis dans les jambes après avoir livré leur prestation électrisante, dont la chorégraphie a été signée par Stéphanie Joanisse et Sydnie Cranford.

 La classe d'Arts dramatiques de Monsieur Michel Péloquin,  a offert un spectacle des plus hilarants en présentant plusieurs versions du même sketch, où on pouvait retrouver des personnages tels que : un père de famille cassé et monoparental, dont l'ex –épouse  l'avait quitté pour un renne du Père Noël,  des enfants exigeants  et trop gâtés dans un magasin qui se fait dévaliser au même moment par un père Noël incognito mais vite démasqué.  Plusieurs élèves en ont profité pour se payer la tête de leurs profs préférés en les caricaturant  un peu, beaucoup, passionnément. Ainsi , Claude-François Tessier, en  double de Monsieur Tassé,  avait de gros bras et faisait des push-ups,  celui de Monsieur Gour ( Heinrick Gonneville),  se promenait avec son autruche... Chanel Beauchamp, qui imitait notre athlète, Madame Cheff,  faisait des redressements assis compulsifs, Sabrina Ranger, en Madame Dion se trouvait bonne, Jules Gingras, en Monsieur Lefebvre exagérait tous ses gestes à souhait. 

Le clou du spectacle a été sans contredit l'apparition des meneuses de jeu, ( communément appelées meneuses de claques) qu'on voyait à l'œuvre pour la première fois. Quarante-deux  élèves de la 7e à la 12e  année composent l'équipe 2009-2010, qui a  offert un spectacle de haute voltige. Quel beau travail, supervisé par deux enseignantes du Pavillon : Eliane Amyot-Gour ( qui compte elle-même quelques années d'expérience professionnelle dans ce domaine) , Joëlle Clairoux, et  Roman Nowak au secondaire.

Le lendemain, dernière journée scolaire de l'année 2009, les élèves ont été invités à une partie de hockey opposant l'équipe féminine de  hockey de l'Escale à l' équipe d'enseignants et d'enseignantes dont le gardien de buts n'était nul autre que le gardien de l'école : Le directeur, Monsieur Patrice Racine.  Quoi qu'ils s'opposaient à une équipe chevronnée, les profs l'ont remporté par la marque de 8 contre 5. Les points ont été comptés par : Geneviève Cheff (2), Louis Chénard, Jonathan Roy, Carl Lacroix, Julie Leboeuf, et Geneviève Lacroix. Dans l'équipe des élèves, le filet a été protégé par Sabrina Ranger et Marissa Gervais. Chez les compteuses, Tanya Guindon , Lydia Perrier, Mélina Leroux et Vanessa Goulet se sont démenées sur la glace.  

L'après-midi a  fait place à la folie, par des jeux de toutes sortes, et des défis réalisés grâce à l'accumulation de denrées alimentaires pour le Centre d'Aide de Rockland. Ainsi, plusieurs profs n'ont pas eu peur du ridicule, et trois d'entre eux se sont fait raser le crâne  : Messieurs Deault , Péloquin, et Lacroix ont sans doute surpris leurs conjointes à leur retour à la maison.  Monsieur Barbary, pour sa part,  s'est retrouvé dans une piscine remplie de neige et de glace. Plusieurs jeux plus farfelus les uns que les autres ont par la suite amusé autant les participants que la foule de spectateurs et spectatrices. La dernière période, a été consacrée au Bingo traditionnel de cette journée d'activités escaliennes. Tous sont partis pour le congé  des Fêtes, le sourire aux lèvres et plein d'anecdotes à raconter à leurs familles.

 

Le personnel  et la direction de l'Escale, profite de cette occasion pour vous souhaiter de très belles Fêtes en famille et une très bonne année 2010!!!

 

L'Escale se mobilise pour venir en aide à Haïti

En vingt-quatre heures, les élèves de l'école secondaire l'Escale ont réussi à amasser 3200$ qui seront envoyés à  « La Croix rouge» pour venir en aide aux sinistrés.

Appuyés par quatre enseignants : Monsieur Roman Nowak, Monsieur Jonathan Roy, Madame Josée Bouchard et Monsieur Patrick Bergeron, ils ont voulu apporter  leur soutien à   notre enseignant  Jean-Raymond Pierre, dont la famille habite en Haïti . Celle-ci a  tout perdu et vit présentement dans la rue.

  Une cérémonie a été organisée dans la cantine le l'école et le Curé de la paroisse, Jean-François Morin, a annulé sa rencontre avec l'Évêque du diocèse pour y prendre part.

  Celle-ci a été des plus touchante. Les élèves de Monsieur Jonathan Roy  ont réussi le tour de force de préparer en un  temps record, une présentation multimédia dont les images rappelaient la tragédie, accompagnée de chansons bien choisies qui ont ému l'auditoire. Tour à tour, le curé et l'enseignant de pastorale ont livré leur message d'encouragement et ont invité les jeunes à prier. 

  Puis Monsieur Pierre s'est adressé à ses collègues et élèves pour les remercier de leur geste. Il a raconté comment il s'est senti défaillir en apprenant la  mauvaise nouvelle et comment il a ressenti la chaleur  et le réconfort de la famille escalienne.  

  Pour terminer la cérémonie, les élèves ont été invités à écrire un mot que leur inspirait cet événement tragique et de l'apposer sur le mur à l'intérieur d'un canevas formant le mot «Haïti».  

 Il n'y a pas de mot pour décrire l'horreur de cette tragédie, la communauté de l'Escale prie pour Haïti.

 

 

 

Un projet rassembleur !

C'est avec une très grande fierté que les élèves de la 11e année du cours de « Leadership franco-ontarien » ont exposé leur œuvre collective à la cantine de l'école.  Celle-ci constitue le dernier projet  que les trente-deux élèves de Monsieur Patrick Bergeron ont réalisé ensemble, sans son aide, tient-il à préciser.  Il s'agit d'un énorme drapeau Franco-Ontarien, où chaque élève et membre du personnel  a sa place. Les élèves du cours ont distribué des cartons verts à certains et blancs à d'autres, et leur ont demandé d'y écrire leur nom et un  message s'ils le voulaient. Puis, en groupe, ils ont réussi à rassembler les morceaux du puzzle et à constituer la murale.

Le défi était de taille, puisqu'aucune directive n'était donnée par l'enseignant. De plus tout le groupe devait discuter du projet ensemble, arriver à des compromis, trouver les  bons matériaux et régler tous les problèmes, sans se tourner vers  leur prof. Ce ne sont donc pas les défis qui manquaient, sans parler du  temps qui filait à vive allure vers la fin du semestre. Ils étaient nombreux après l'école, un vendredi soir, à bricoler et à assembler leur production.

 « La tentation était grande de leur prêter main forte, quand des problèmes de taille arrivaient,  mais  ce cours a pour but d'outiller les élèves à développer et à exercer leur leadership dans l'école et la communauté et à favoriser l'épanouissement de l'espace francophone. Je ne pouvais pas m'en mêler, c'était leur projet depuis le début », tenait à préciser l'enseignant.

Outre cette murale qui atteste de notre appartenance à l'Escale et à la francophonie ontarienne, ces jeunes ont préparé et animé des ateliers  tout au cours du semestre aux groupes  de la 4e à la 8e année, sur des thèmes qui reflètent bien notre culture.  Ils sont de très beaux  modèles d'engagement et de fierté franco-ontarienne. Sans doute qu'ils auront un impact positif sur les plus jeunes.

SORTIE AU MONT TREMBLANT

LE LUNDI 15 FÉVRIER- JOUR DE LA FAMILLE-

INVITEZ VOTRE FAMILLE À VENIR SKIER AU MONT TREMBLANT.

TÉLÉCHARGEZ LES FORMULAIRES ICI ET RAPPORTEZ-LES POUR LE 10 FÉVRIER OU AVANT.

FORMULAIRE 1

FORMULAIRE 2

Soirée cinéma à l'Escale

 L'Escale  présente : " J'ai tué ma mère" de Xavier Nolan, le 19 février à 19h à la Salle de Spectacle Optimiste.  Ce film est en nomination pour le meilleur film étranger à l'occasion des César et a remporté aussi trois prix lors du Festival de Cannes, en 2009.

Admission :  4$ qui iront au profit du bal des finissants et finissantes.

Dernièr sortie de ski

La dernière sortie de ski de l'école secondaire  l'Escale aura lieu Au Mont St-Sauveur le 26 mars prochain s'il reste de la neige!

 Rapportez les formulaires le lundi 22 mars au local 48.

Départ de l'Escale : 14h 30, l' autobus "Coach" sera au débarcadère du Pavillon.

L'équipement peut être entreposé dans la cuisine de l'ancienne cantine de l'école  durant la journée.

Départ de St-Sauveur : 22h. Retour prévu : Minuit

*Casque obligatoire*

Aucun skieur débutant accepté

 

 

L'Escale en Italie

Buongiorno,

Désolée de ne pas avoir envoyé des nouvelles plus tôt mais il n'y a pas Internet sans fil à l'hôtel donc j'ai dû attendre à Venise pour vous écrire.  Voici ce que nous avons fait jusqu'à ce jour 

Jour 1 (Départ Montréal)

Et bien, le transfert de Rockland à Montréal s'est très bien passé sans retard quelconque.  À notre arrivée à l'aéroport Pierre Élliott Trudeau, nous avons fait notre enregistrement chez Air France pour ensuite nous diriger «au plus sacrant» (comme diraient certains élèves!) vers les restaurants car nos petits avaient faim!!                                                                                                                

Avec l'estomac plein, la plupart des élèves ont ensuite profité du temps d'attente avant le vol pour fouiner dans les boutiques.  Certains ont même fait des achats... Que le marathon du magasinage commence!!

Le vol Montréal - Paris, d'une durée de 6 heures 40 minutes, s'est déroulé sans pépin.  Cependant, plusieurs élèves n'ont pas dormi du tout pendant le vol (malgré le fait qu'avec le décalage horaire de + 6 heures, on perdait notre nuit!).  Soit qu'ils étaient trop occupés à socialiser, soit qu'ils étaient simplement incapables de dormir.  Peu importe la raison, je crois bien qu'on n'aura pas de trouble à les coucher demain soir!!

En débarquant de l'avion à Paris, nous avons dû sortir dehors et monter dans un autobus.  Brrr... Il faisait -1oC!  À notre arrivée au terminal, un représentant de Air France nous attendait afin de nous diriger à notre prochain vol.  Quel bon service!

L'aérogare Charles de Gaulle est neuf et son architecture est très impressionnant.  Également, on y trouve plusieurs boutiques «à la mode».  Dommage que nous n'avons pas eu le temps de la visiter davantage puisque nous avions à peine une heure pour faire notre transfert.  Ah bien, ça sera pour le prochain voyage!!

Le vol de Paris - Milan, d'une durée d'une heure et quart seulement, a permis aux élèves de voir mais surtout d'apprécier la splendeur des Alpes italiennes!  Voyez par vous même avec la photo .                                                                           

Jour 2 (Arrivée à Milan... En route vers Venise)

Malgré le fait que notre accueil à Milan s'est passé un peu dans la confusion , à cause d'une grève surprise des employés de l'aéroport, nos guides, Laurent et Paolo, ont travaillé de façon acharnée afin de s'assurer que notre voyage commence du bon pied.  D'abord, après avoir quitté l'aéroport,  ils nous ont amenés dîner dans le village pittoresque d'Arona situé à côté du Lac de Garde (soit le deuxième plus grand lac des Alpes italiennes).   La vue était tellement magnifique que nous pouvions même voir la Suisse au loin!  À Arona, nos jeunes ont non seulement eu l'occasion d'admirer le paysage mais également, d'apprécier, pour la première fois, la vraie cuisine italienne!  Plusieurs étaient en accord avec Jean-François Echeverri lorsqu'il a dit «la pizza est vraiment bonne ici!!».

Ensuite, après quelques heures en autobus (plusieurs en ont profité pour tenter de reprendre le sommeil perdu!).Nous voilà enfin arrivés à Vérone.  En nous dirigeant vers l'arène de Vérone (un des 300 amphithéâtres romains incluant le fameux Colisée de Rome), nous avons dû longer un rempart romain datant de 300 AD donc de 1700 ans!!  Et nous qui sommes impressionnés de célébrer les 150 ans de nos églises... Ça remet le tout en perspective!

«" Roméo, Roméo, où es-tu mon Roméo?»... C'est également à Vérone que se trouve le fameux balcon de Juliette.  En plus du balcon, on a pu admirer une statue de Juliette et, selon la tradition, il se doit d'apposer sa main sur son sein droit (donc chers parents, ne soyez pas trop choqués des photos de vos enfants!).

Après deux longues journées de déplacements, nous voilà afin arrivés à Venise (Hôtel Bolivar).  Tous étaient contents de pouvoir prendre une douche et passer une bonne nuit de sommeil.  Une autre belle journée nous attendait  demain.

 

Jour 3 (Venise)

Nous sommes  à Venise et il fait beau soleil.  Quelle ville magnifique!  Ce matin, nous avons assisté à une présentation  de «soufflage de verre» (très impressionnant!) et eu un tour guidé de la ville.  Certains ont également profité de l'occasion pour faire un tour de gondole.

Pendant l' après-midi, nous avons un peu de temps libre pour visiter la cathédrale de St-Marc et le palais des Doges ainsi que fouiner au marché ou dans les boutiques.  À voir les réactions de certains et certaines pendant le tour de ville, j'ai bien l'impression que le marathon du magasinage va se poursuivre!

Puisqu'on ne peut pas utiliser les téléphones dans les chambres (on doit aller à un téléphone payant dehors), c'est un peu compliqué de communiquer avec vous donc si certains d'entre vous n'avez pas encore eu de nouvelles de vos enfants, ne vous inquiétez pas trop...  Pour vous rassurer que nous n'avons pas perdu personne, voici une photo du groupe prise à l'aéroport de Milan!

À bientôt Ciao!!  

Josée  :)

Buongiorno,


Jour 3 (Venise) - En soirée...


Finalement ce n'est pas à Florence que nos jeunes ont eu l'occasion de se dégourdir sur le plancher de danse, mais plutôt à Venise étant donné qu'ils et elles auraient l'occasion de se reposer en route vers Florence puisqu'on avait 4 heures d'autobus à faire.


Jour 4 (Florence)


Après le déjeuner, nous avons quitté Venise et, en route vers Florence, nous avons passé près de Bologne et nous avons appris que c'est justement à Bologne que la sauce «bolonaise» est née! À notre arrivée à Florence en début d'après midi, nous avons assisté à une démonstration de cuir. Ensuite, nous avons eu un tour guidé de la ville où nous avons vu une réplique du fameux «David» de Michel-Ange, le «Ponte Vecchio» (soit le seul pont de Florence à avoir été  épargné par l'armée allemande pendant la deuxième guerre mondiale) et le magnifique Duomo qui se trouve juste au côté du baptistère et de la «Porte du Paradis». Après la visite nous avons eu un peu plus d'une heure de temps libre avant le souper. Certains sont allés faire quelques achats tandis que d'autres en ont profité pour manger de la «gelato». C'est ici que nos élèves ont eu toute une éducation en ce qui concerne les «pick pockets». Tous sont maintenant des experts à les reconnaître!


Jour 5 (Florence et Pise)


Présentement, nous avons quelques heures de temps libre et nos guides nous ont déposé dans un des plus grands  marché florentin , soit le marché St-Laurent. Ouch! ça va faire mal au porte-feuille de certains, car Florence est reconnu pour son cuir!!


Cet après-midi nous allons visiter Pise. À suivre....

 

Ciao!!

 

Josée :)

 

P.S. À noter... J'ai deux corrections à apporter à mon courriel précédent (désolé...) :

1. La ville de Arona est à côté du lac Major et non du lac de la Garde

2. Il s'agit plutôt de la Basilique de Saint-Marc et non la cathédrale de Saint-Marc


Citation du jour :

"Madame, des Italiens nous ont fait «Tsss, Tsss, Tsss»... ça d'l'air que ça veut dire qu'on est «hot»!!"

Stéphanie Beauchamp, Véronique Corbeil, Sara-Michelle Gratton, Danika Perrier et Valérie Potvin

Buongiorno,

 

Jour 5 (Florence et Pise)

 Dans le courriel précédent, je vous ai mentionné que les élèves avaient quelques heures précieuses pour magasiner en avant-midi à Florence et j'ai également indiqué que (selon moi) ce serait les filles qui feraient du dommage important à leur portefeuille.  Et bien, surprise... je me suis trompée.  Ce ne sont pas nos filles qui mènent présentement dans le marathon du magasinage mais bien nos garçons!!  Parmi les grands achats de notre gente masculine, nous avons quelques manteaux de cuir, un sac en cuir, des portefeuilles, plusieurs vestes d'Italie, quelques vestes Ferrari, des espadrilles Ferrari, et j'en passe...  On pourrait sûrement dire qu'ils ont fait fleurir l'économie de Florence!!

 En après-midi, nous sommes arrivés au stationnement d'autobus à Pise et nous avons été accueillis par de nombreux vendeurs sur la  rue.  Ce sont souvent des travailleurs illégaux (habituellement des immigrants) très pauvres qui tentent, en vendant des produits imitations («knock off »), de faire un peu d'argent afin de subvenir à leurs besoins de base.  Laurent, un de nos guides, a expliqué aux jeunes que, même si ces vendeurs peuvent être achalants, on doit les respecter et leur dire poliment que nous ne sommes pas intéressés.  Comme d'habitude, nos élèves ont très bien fait ça!

 Après quelques minutes de marche, nous sommes finalement arrivés au «Champ des miracles» au beau milieu de Pise.  Il va sans dire que tous étaient très impressionnés lorsqu'il ont finalement aperçu la fameuse tour penchée.  Malgré la notoriété de la tour, on ne peut pas ignorer la beauté et la splendeur du baptistère ainsi que de la cathédrale de Pise.  De plus, pour vous rassurer encore une fois, chers parents, vos trouverez  une photo du groupe que j'ai annexée à ce courriel.  Comme vous pourrez sûrement le constater, nous n'avons pas perdu personne (en tout cas, jusqu'à maintenant...)!!

 Une autre belle journée s'annonce demain.  La plupart des élèves trouvent que le voyage passe beaucoup trop vite puisque nous sommes déjà rendus à la moitié et certains m'ont même mentionné qu'ils souhaiteraient rester en Italie!  Je leur ai répondu que je ne crois pas que ce serait une bonne idée  puisque les parents ne seraient pas enchantés avec moi si, à notre retour, il me manquait quelqu'un!!  Malgré la déception, ils semblent comprendre... :)  

Jour 6 (San Gimignano et Assise)

 En ce merveilleux matin ensoleillé, nous nous sommes levés un peu plus tôt que d'habitude puisque nous avions une grosse journée devant nous.  En route en Toscane, nous avons fait un arrêt optionnel à San Gimignano (considéré comme le Manhattan du Moyen ,ge avec ses superbes tours).  Cette visite nous a été proposée par nos guides et ils nous ont assuré que ça en valait le coût (12 euros) et le coup!  Ils n'ont pas menti!!  Ce petit bijoux de village italien nous a tous surpris mais surtout ébloui avec non seulement ses tours majestueuses (les tours étaient symboles de pouvoir... plus haute est la tour, plus riche est la famille), mais sa vue incroyable sur la campagne toscane.  Nous pouvons tous dire maintenant que nous avons été «Under the sun in Tuscany» (comme le film)!

Ensuite, nous sommes partis en route vers Assise où, encore une fois, un village italien magnifique nous attendais.  À notre arrivée, notre guide nous a expliqué que la ville de Assise avait été victime d'un important tremblement de terre en 1997 et que depuis, la ville avait été complètement restaurée.  Il semble même qu'on peut voir sur youtube un vidéo de l'écroulement de la nef de la cathédrale pendant le séisme.  Pendant notre tour de ville, nous avons visité entre autre la basilique Ste-Claire ainsi que la cathédrale St-François d'Assise.  Au sous-sol de la cathédrale, nous avons pu voir le tombeau où repose justement St-François d'Assise.  Les élèves ont eu ensuite un peu de temps libre et certains ont fait une escalade jusqu'à la forteresse au haut de la colline où ils ont eu une vue magnifique sur Assise ainsi que la campagne qui l'entoure.  Je n'ai pas pu y aller à cause de ma cheville mais ceux qui sont allés m'ont dit que c'était de toute beauté.

 Demain nous quittons très tôt pour Sorrente en arrêtant en après-midi à Pompéï.  Une grande journée de voyagement nous attends... À suivre...

 Ciao!

 Josée

Message du jour :

«Allo maman!  Je t'aime de tout mon coeur!  Prends soin de toi!  Je m'ennuie!»  Mikaël Bernard

Bonsoir à vous tous,
 
Voici nos dernieres nouvelles avant notre retour...
 
Jour 7 (Pompéï et Sorrento)
Comme mentionné dans le courriel précédent, nous avions une longue journée en autobus devant nous aujourd'hui. En cette belle journée ensoleillée, nous avons quitté Assise à 7h00 am pour prendre la route vers Pompéï. Malgré le long trajet, nous avons pu admirer à nouveau la beauté du paysage italien. À notre arrivée à Pompéï vers 12h30 pm, nous avons mangé et après nous avons commencé notre visite guidée de la ville déterrée. Grâce à l'excavation et à la découverte de nombreux artefacts, la fondation de la ville a été retracée jusqu'à 700 ans avant J-C.
 
Pompéï, ville de l'époque romaine, est reconnue car elle fut complètement ensevelie sous des mètres et des mètres de cendres lors de l'éruption volcanique du Vésuve en 79 A.D. (Anno Domini) tuant ainsi des milliers de personnes. Il est intéressant de noter que ce sont ces mêmes cendres qui ont préserver les ruines de la ville et alors qui nous permet aujourd'hui de comprendre comment les gens vivaient à cette époque. Également, nous avons examiner des moulages faits par les archéologues à partir des vides laissés par les corps des habitants enterrées. Ils sont tellement détaillés qu'ils nous montrent non seulement la position du corps à sa mort mais même les expressions faciales.
 
En visitant les ruines de la ville, nous avons vu, entre autre, des magasins, une des 35 boulangeries, des thermopulliums (les McDo de l'époque), des résidences privées (surtout des riches), des routes, des fontaines, des bains publiques, des temples ainsi que le «Red light district» de la ville. Et oui, vous avez bien compris, nous sommes allés visiter une maison de prostitution. La plupart des élèves étaient très impressionnés de constater que le client qui ne savait pas lire ou qui ne parlait pas la langue locale, pouvait tout de même commander un service en particulier en simplement pointant la fresque au mur (encore intacte aujourd'hui) qui représentait un genre de menu érotique. Nous avons également vu comment on indiquait au gens qui arrivait en ville et qui ne la connaissait pas vraiment où se situait le bordel. Je vais laisser à vos enfants l'occasion de vous l'expliquer. Nous en avons profité pour prendre une photo de groupe dans le forum de la place publique en avant de l'autel de Jupiter avec le Vésuve qui surplombe en arrière. Si vous portez attention, vous remarquerez un des chiens de Pompéï que élèves voulaient adopter.
 
Après la visite, on s'est mis en route en longeant la côte de la péninsule de Sorrente. Quelle vue magnifique!!
 
Jour 8 (Rome)
Au levée du soleil à l'hôtel de Sorrento, une vue magnifique de Capri nous attendait. Après le petit déjeuner, en route pour Rome. À un moment donné sur l'autoroute, une Ferrari nous a dépassé à toute vitesse et disons que les gars étaient pas mal impressionnés par cette voiture!
 
Arrivée à Rome, nous nous sommes immédiatement dirigés vers le Vatican où un guide nous attendait pour une visite. Une chose intéressante à noter est que le Vatican est un pays à l'intérieur d'un pays (soit l'Italie) et qu'il est le plus petit pays du monde avec une superficie totale de 109 acres ou 44 hectares.
 
Notre visite a commencé à l'intérieure de la nouvelle entrée ultra moderne du Musée du Vatican construite en l'an 2000 pour accueillir les nombreux visiteurs attendus pour l'année du Jubilée (année de grande célébration). Pendant notre visite dans le musée, nous avons découvert de nombreux trésors que possèdent l'Église catholique. Entre autre, il y avait la sculpture du dieu du soleil Apollon (Michelange l'a utilisé comme source d'inspiration lorsqu'il a peint le visage du Christ dans la Chapelle Sixtine) et une statue de Hercules en bronze recouverte d'or. Également, sur certains murs du corridor du musée, il y avait plusieurs superbes tapisseries (qui représentaient différents événements importants des temps) ainsi que plusieurs cartes immenses qui représentait les différentes régions de l'Italie à une certaine époque.
 
Ensuite, c'est au bout de ce long corridor que nous arrivons à la Chapelle Sixtine. Quelle oeuvre incroyable! Nous avons passé plus de 30 minutes à lire l'histoire tel que peint par Michelange. D'abord, nous avons étudié le plafond qui présente la Genèse (p. ex., la création de la terre et de l'homme par dieu) et ensuite nous avons tournée notre attention au mur du fond de la salle qui présente le dernier jugement de Jésus Christ (donc Jésus qui décide qui va au ciel et qui va en enfer). Tout le monde est d'accord à dire que ce chef d'ouvre est une petite merveille!!
 
Finalement, en quittant la Chapelle Sixtine, on arrive juste à la gauche de la Basilique St-Pierre. Cette immense église a été construite sur le tombeau de l'apôtre Pierre et elle est, sans aucun doute, la plus grande église catholique du monde. Afin de comparer sa taille au autre église, on retrouve à l'intérieur de la Basilique des étoiles avec le nom d'un église afin d'indiquer où cette église se terminerait par rapport Basilique St-Pierre. Dommage qu'on a pas été capable de visiter à fond la Basilique puisqu'un cérémonie religieuse se préparait. Par contre, on a pu voir la seule sculpture que Michelange ait jamais signée qui est «la pietta». C'est un édifice tellement grandiose qu'il est difficile de comprendre et de réaliser comment on a pu construire des monuments aussi grand avec la technologie de l'époque.
 
En sortant de la Basilique St-Pierre, on arrive à la place St-Pierre endroit que tous le monde se rassemble. Les élèves ont vraiment apprécié lorsque je leur ai mentionné que, lorsqu'ils et elles traversaient les colonnes de la place St-Pierre qu'ils et elles quittaient le Vatican et retournait à Rome.
 
Jour 9 (Rome)
 
Depuis quelques jours, les élèves nous demandaient pour du temps libre afin d'aller magasiner un peu. Et bien, leur souhait fut réalisé puisqu'il ont eu toute une avant-midi dans les boutiques de Rome. Plusieurs ne voulaient pas revenir avec des euros donc en ils et elles en ont pleinement profité pour liquider leur argent.  Soit dit en passant, en regardant les achats faits aujourd'hui, je crois que les filles ont repris du terrain et sont à nouveau en avance dans le marathon du magasinage.
 
En début d'après-midi, on avons fait la visite de Rome antique. Il s'agit d'une visite guidée du Colisée ainsi que du Forum. C'est incroyable de pouvoir admirer ces édifices qui datent de si longtemps! Puisqu'il se fait pas mal tard ici, je n'en dirai pas plus et je laisserai vos enfants vous en parler davantage.
 
En soirée, nous avons fait la tournée «Rome le soir» qui consiste essentiellement à revisiter certains monuments importants illuminés (p. ex., Basilique St-Pierre et place St-Pierre, la fontaine de Trivi, le Panthéon, etc...) Cette tournée, je crois, fut la cerise sur le gâteau!!
 
On se prépare maintenant à retourner à la maison donc on se revoit très bientôt...
 
Ciao,
 
Josée
 
Citations du jour :
«Madame, quand la Ferrari nous a dépassé, j'ai senti la vibration de la voiture!» - Alex Pozzebon
«Tous les chemins mènent à Rome... Et nous voici!» - Alexandre Rochon

 

PÉDALER CONTRE LE CANCER

 Un cyclothon intérieur, voilà qui devrait faire d'une pierre deux coups:  amasser des fonds pour  financer la recherche sur le cancer des enfants, ainsi que de contribuer à la santé des deux cent cinquante personnes qui enfourcheront le vélo stationnaire dans le gymnase de l'école secondaire l'Escale, le 7 mai prochain. 

D'ici là, les élèves et les membres du personnel vous solliciteront sans doute pour que mettiez l'épaule à la roue... ou « le pied à la pédale»... sans vous  essouffler, en commanditant un participant!  L'organisateur, Monsieur Carl Larcoix, vise un total de 7 mille cinq cents dollars. « Si chaque personne, amasse un mimimum de 50 dollars, on va y arriver », s'élance-t-il confiant.

Par ailleurs, le tout prendra des allures de party, puisqu'un DJ professionnel  sera sur place pour mettre  de l'ambiance.  Des équipes de 6 personnes sont invitées à se former, à se trouver un nom d'équipe, et même à se costumer!

Pour plus de renseignements visitez le site :

https://secure.e2rm.com/registrant/LocationHome.aspx?EventID=41813&LangPref=en-CA&locationID=43963

L'Escale rafle la moitié des prix au concours de course de barils de Clarence-Rockland.

  Le Maire de Rockland, Monsieur Richard Lalonde, accompagné de Monsieur Gilbert Gosselin, est venu faire la  remise des plaques commémoratives aux équipes méritantes du concours de course de barils, mardi dernier, à L'Escale.

Parmi les équipes participantes, L'Escale a remporté un prix dans 3 des 6 catégories.  Les élèves de 7e année du Pavillon ont réussi l'épreuve en 6 minutes 18 secondes. (Joshua Capina, LucGiroux, Jonathan Favero,J osiane Pozzebon, Kikaela Sigouin, Michelle Lavallée, Camille Charrette.)  L'équipe représentant la 9e année a réussi un temps de 6 minutes 36 secondes (Jonathan Ross, Maxime Tremblay, David Boisvert, Pascale Duquette, Valérie Brazeau, Gabrielle Martin.  Le groupe des 10e ( Alex Beauchamp, Alex Pozzebon, Sébastien Lévesque, Stéphanie Beauchamp, Sara-Michelle Gratton et Valérie Potvin)s'est executé en 6 minutes 35 secondes. Les autres places ont été remportées par  l'école St-Francis Xavier en 8e et 11e année et RDHS a gagné pour l'équipe de  la 12e année.

Cette course de baril, en pleine rue Laurier,  s'est déroulée dans le contexte des Jeux Olympiques d'hiver.  Monsieur Lalonde avait  eu l'idée de  relancer cette activité, à laquelle lui-même avait participé, du temps où il était lui même au secondaire. Et il tient à préciser « qu'à cette époque, ce n'est pas en équipe qu'on poussait le baril, mais tout seul!!! »  

Si Dame Nature avait été de notre bord, d'autres activités se seraient ajoutées au programme, entre autres : des courses de patins sur la patinoire derrière l'école et aussi des courses de raquette.  Mais qu'à cela ne tienne, Monsieur Lalonde compte bien se reprendre annuellement dans le cadre du Carnaval, ce qui pourrait bien devenir une tradition!

 

 

Le Club d'impro "Les Lamas", de L'Escale, termine sa saison en offrant un spectacle éclaté à la population escalienne.

Les membres du Club d'Impro, dirigés par Monsieur Josiel Gour et Madame Mélissa Côté  Leblanc,  ont offert un spectacle des plus originaux, en livrant bataille à une équipe aguerrie composée d'anciens (Nicolas Filion, Julien Lévesque, Cédric Desfossés, Rock Séguin, Mélissa Lefèvre et Denis Fugère) et d'enseignants (Carl Lacroix, Michel Péloquin, et Jacques Taillefer).  Le public, qui avait visiblement un parti pris pour l'équipe de l'Escale, a fait pencher le compte final à 6 contre 5.

Il faut dire que l'équipe de l'Escale, a à son actif plusieurs victoires en cette saison. Elle a remporté tous ses matchs au MIFO, ligue qui comprend les  12 écoles secondaires de la région, et affiche aussi une fiche parfaite au sein du CSDCEO. "C'est du jamais vu, d'aussi longtemps que je me souvienne,"    affirme l' entraîneur, qui en est à sa septième année avec l'équipe. Miguel Martin, pour sa part a reçu le prix du joueur étoile dans ces ceux ligues.

Ils ont aussi participé au tournoi annuel "L'Afolie", qui se déroulait à l'école secondaire Louis Riel à Ottawa, et se sont inclinés contre l'équipe hôtesse.

L'an prochain, l'équipe se verra amputée de trois de ses membres :  le capitaine, Frédéric Lavigne  et Sandra Leblanc, tous deux finissants de l'école secondaire, ainsi que d'Heinrick Gonneville, qui nous quitte pour Hawkesbury. Selon Brian Leblanc, aussi connu sous le surnom de "Georges Lafontaine", "Les Lamas, quoique quelque peu handicapés, réussiront tout de même à gambader l'an prochain." Merci à l'équipe de nous avoir offert des émotions fortes encore cette année .

 

Des journalistes en herbe font bonne figure à l'Escale

Cette année encore, des élèves de l'école secondaire catholique L'Escale ont prêté leur plume au journal étudiant  La Nouvelle.  À tour de rôle, ils ont rédigé un article portant sur différents thèmes, comme l'actualité, la politique, le sport, la santé, les jeux vidéos, l'environnement, la musique, les arts et la culture, le commentaire, l'entrevue et la caricature.

  Sept élèves du secondaire et quatre de l'intermédiaire ont donc collaboré à écrire des articles pertinents et de grande qualité, dont plusieurs ont été reconnus lors du dernier Gala de l'excellence du journal La Nouvelle qui a eu lieu au centre des arts Shenkman d'Orléans , le mercredi 26 mai dernier. L'Escale y a fait bonne figure en recevant dix nominations. Parmi les finalistes, six se sont mérités des prix, dont :  

• Adrienne Brassard, dans la catégorie "actualité" et dans la catégorie "Arts et culture"

• Marie-Christine Corbeil, dans la catégorie commentaire,

( texte finaliste, texte gagnant)

• Geneviève Hudon, dans la catégorie environnement

• Nadia Jubinville, dans la catégorie musique.

  Au palier intermédiaire, Annabelle Rollin a décroché trois prix, dont deux dans les catégories sport et reportage, ainsi que la Plume d'Argent, qui s'accompagne d'une bourse de 200$. Ce fut donc une excellente année pour l'Escale.  Claudia Meloche et Marie-Ève Titley pour leur part ont été finalistes dans la catégorie "Actualité".

 « J'ai vraiment aimé l'expérience de travailler avec des élèves ayant autant d'initiative et de rigueur journalistique. Ils m'arrivaient toujours avec des sujets pertinents et intéressants. En plus, ils n'ont manqué aucune échéance, ce qui a facilité mon travail. Nous perdons malheureusement cinq journalistes chevronnés qui obtiennent leur diplôme d'études secondaires à la fin du mois. Mais la relève est assurée et nous sommes prêts pour septembre prochain, » explique Madame Nathalie Dion, enseignante responsable du journal étudiant par intérim.

Texte de Adrienne Brassard

Un défilé de mode à l'image des élèves

Le cours de mode de L'Escale tenait son premier défilé le 3 juin dernier. Sous le thème "Réflexion", les élèves du cours de Monsieur Nowak, ont été amenés, non seulement à présenter les vêtements des commerces locaux, (Mexx, Suzy Shier, Boathouse, Laura, Collage, Sports Check), mais aussi à réfléchir à leur image.
Ils ont voulu démontrer que la mode et la beauté telles que présentées dans les magasines n'est pas nécessairement ce qu'on veut véhiculer à L'Escale, en présentant des manequins qui n'ont pas essayé de ressembler aux sétéotypes  traditionnels rencontrés dans les médias. La vidéo de la publicité de "Dove" http://www.youtube.com/watch?v=iY hCn0jf46U  a même été diffusée, pour démonter que "le look glamour" est plus souvent qu'autrement arrangé avec "le gars des vues".

C'est le troisième défilé présenté par l'enseignant, qui auparavant le faisait avec des élèves qui n'obtenaient pas de crédit pour le faire.  "Ça enlève de la pression, puisque le cours nous permet de nous y préparer", a confié Monsieur Nowak. Tous les élèves ont eu des tâches reliées à la présentation, sans nécessairement monter sur l'estrade.


Aidons les classes de Mme. Poupart!

Demande à toute la famille Escalienne!

Les classes de Madame Annie Poupart participent au concours « Delmonte Teacher Monday: Cash for Classrooms". Il s'agit d'un concours où pour cinq semaines consécutives commençant le 18 octobre, 10 enseignants aux États-Unis et au Canada gagneront 1,000$ (750$ en argent et 250$ en certificat cadeau pour des fruits). L'argent est remis aux enseignants afin de pouvoir acheter du matériel pour la salle de classe et aider à défrayer des coûts de sorties pédagogiques pour les classes. Les fruits sont remis afin de faire la promotion des choix santé et pour encourager l'alimentation saine dans les écoles.

  Nous avons besoin de votre appui afin de voter pour la classe de Mme Annie Poupart.

  1) Veuillez SVP vous rendre à l'adresse suivant: www.fruits.com/teachermonday/vote.asp

2) Écrire le mot: L'Escale

3) Cliquer sur le lien "VIEW" à côté du nom à Mme. Annie Poupart

4) Taper les deux mots dans la case indiquée et cliquer "soumettre".

 

Vous pouvez voter plus qu'une fois par jour, mais une fois par ordinateur. Demandez à vos amis, vos familles et vos connaissances d'appuyer les classes de Mme Poupart de L'Escale afin de gagner ce concours!

 

Merci de votre appui et de votre temps!

Sortie au Mont Cascades

Une sortie de ski est prévue le 2 mars prochain au Mont Cascades. Le départ est prévu pour 15 heures et le retour pour 21h 45. Passez au local 48 pour cueillir les formulaires.

Billet et transport: 30$

location équipement et leçon 20$

Casque obligatoire (location 5$)

Remettre les formulaires pour le lundi 28 février.

Les élèves encouragent leur prof!

Afin de souligner sa participation au Marathon de Boston, du lundi 18 avril, les élèves ont tenu à présenter à Monsieur Carl Lacroix, une bannière remplie de mots d'encouragements et d'admiration.  Monsieur Lacroix, qui en est à sa première participation à cet événement, mais à son troisième marathon, a tenu à remercier toutes les personnes qui l'ont appuyé. L'émotion s'est emparée de lui, lorsqu'il a souligné le soutien indéfectible de son épouse, qui,  malgré leur jeune  famille et toutes les tâches que cela incombe, l'a appuyé à tous les instants.  " J'ai eu des moments difficiles, a-t-il souligné", mais il a persévéré.  

 Nous  lui souhaitons bon succès, alors qu'il se livrera à l'épreuve ultime de ce 115e Marathon. Nous pourrons le suivre sur le web sur le site: www.baa.org , ou en faisant une recherche à partir de son nom ou de son numéro : 354. On pourra connaître son temps à chaque 5 km franchis.

À l'Escale , nous suivrons cet événenent , qui débute à 10 heures, sur le téléviseur de la cantine.

  Le marathon sera également diffusé en direct sur certains site web pour un coût minime à :  www.universalsports.com , www.baa.org et à la télévision sur TSN et CBS.

    Dans un autre ordre d'idée, Monsieur Lacroix a amassé vendredi dernier 1100$, pour la fondation des maladies du coeur, grâce  à son activité : "CRA_CHA_BAS_LU", où les élèves et le personnel de l'Escale, pouvaient porter, s'ils faisaient un don de 1$ ou plus : cravate, chapeau, lunettes, bas rigolos et lunettes. Comme on peut le voir sur la photo, l'activité a connu un très vif succès.

 

  Toute l'Escale est avec toi en pensée Carl!!!!  

Une vitrine sur les artistes de L'Escale

Un comité d'arts a vu le jour, suite à une discussion entre Éric Paquette, un élève de la 12e année, et Madame Clavel, l'enseignante d'arts. Tous deux cherchaient un moyen d'accroître la visibilité des réalisations artistiques des élèves dans l'école. Eric a donc eu  l'idée d'un site web, lui qui est féru d'informatique et  un peu maniaque, disons-le, des ordinateurs Macintosh. Il  a parlé de son projet à l'enseignante d'arts, qui malgré sa retraite prochaine, était tout feu tout flamme à cette idée.

Deux autres élèves ont mis l'épaule à la roue, car, on ne crée pas un site en criant ciseaux, c'est bien connu, car , en plus de créer la plateforme et de recueillir les œuvres, il fallait aussi photograhier chacune d'elles.  Pour Élise Laporte, c'était une excellente occasion de créer son porte-folio virtuel. Il en a été de même pour Alexandre Rochon.

Maintenant que le site est sur pied, on attend seulement que d'autres artistes de l'Escale viennent ajouter leurs travaux. L'invitation est lancée!

 Éric, Alexandre et Madame Clavel, ne seront plus ici en septembre prochain. Ils souhaitent ardemment que la personne qui prendra la relève,  pourra continuer ce beau  projet.

En attendant, c'est un bel hommage au dévouement de Madame Clavel pour ses artistes.

 

Visitez la galerie d'art virtuelle de l'Escale.

http://www.arts.lescale.com./Galerie_Virtuelle/Bienvenue.html

Bravo à toute l'équipe!

Tournoi de golf -Dimanche 12 juin prochain au Club de golf de Hammond

Le comité des finissants et des finissantes  organise la 4e édition du «Tournoi des anciens de L'Escale» afin d'amasser des fonds pour  leur bal de fin d'année.  Le tournoi prendra le format : 4 joueurs – meilleure balle. Les frais de participation sont de 100$ par personne ,ce qui comprend le golf, la voiturette et le souper.  Le tournoi est ouvert à tous.

Pour vous inscrire ou pour de plus amples renseignements, n'hésitez pas à communiquer avec Mme Josée Bouchard soit par courriel à [email protected] , soit  par téléphone au (613) 446-5169 poste 2302.  Au plaisir de vous y voir.

Téléchargez le formulaire ici .

Le beau temps fait sortir les livres

La classe de français 11e année de Madame Émilie Aubut profite des premiers rayons de soleil de ce printemps tardif pour joindre l'utile à l'agréable. Quoi de mieux qu'un bon livre sous le soleil! Un avant-gôut de l'été.

Retraite.NET

par: Adrienne Brassard

Les 10 et 11 mai derniers, une vingtaine d'élèves de la 9e à la 12e année ont participé à une retraite à l'Église Très-Sainte-Trinité. Menée par sept animateurs bénévoles des Équipes NET, cette retraite a permis aux jeunes de découvrir et, pour certains, d'approfondir leur foi chrétienne. Le but des Équipes NET est d'évangéliser les jeunes de partout au Canada en transmettant la Bonne Nouvelle de Jésus Christ d'une manière différente. Au programme: chants religieux entonnés en chœur, temps de réflexion, prières et activités en équipe. Ces dernières permettent de faire des liens avec la réalité et, surtout, avec la présence quotidienne de Jésus. Dans une atmosphère d'égalité, d'amitié et de fraternité, les animateurs ont aussi partagé leur expérience personnelle. À travers ces témoignages, les participants ont pu voir comment le Seigneur a agi dans la vie de jeunes croyants et ainsi s'inspirer de leur histoire.

Les Équipes NET évangélisent le Canada, les États-Unis et l'Irlande depuis 1981, mais c'est seulement depuis 2007 qu'une équipe francophone sillonne les routes du Canada. Chaque année, NET propage son message auprès de 28 000 jeunes ouverts à de nouvelles expériences. Ce qui certain, en tout cas, c'est que ces deux jours de cheminement intérieur ont été inoubliables pour les participants de cette année!



Un meurtre à bord du "Paradis des eaux"

La troupe de théâtre "Morderir", constituée des élèves de la classe de théâtre 11e année , dirigée par Monsieur Brian St-Pierre, présentait,  samedi dernier, son premier spectacle dans un  concept original : un souper "Meurtre et mystère" .  Les  spectateurs et convives ont pu déguster un  bon repas, tout en s'amusant fermement.

Le tout se déroulait sur le  bateau de croisière :"Le paradis des eaux" , lequel  avait à son bord un équipage constitué de personnages aussi loufoques  que louches.  Et comme dans tout " Meutre et mystère"  qui se respecte,  un  crime devait être commis.  Les membres de l'auditoire devaient  donc garder l'oeil ouvert, car c'est à eux qu'on demanderait de trouver le ou la coupable.   Or, ce qui complique la tâche, c'est que chaque membre de l'équipage semble avoir un mobile. Chacun d'entre eux a une raison d'en vouloir à  Hector Morgan , le Capitaine (Gabriel Drouin-Farmer),  un homme à la veille de sa retraite, qui  est jugé par ses subalternes comme  trop autoritaire  et exigeant.  Il a  un tempérament bouillant, et  la démarche hitlérienne. On se doute bien  que cela fait de lui  la victime tout indiquée.

Parmi les suspects : son assistant, le premier officier, (Gegory Goulet) un personnage un peu perdu, aux lunettes plus épaisses que des loupes. Il  en veut au Capitaine de ne pas l'apprécier à sa juste valeur . Il rêve  d'ailleurs de lui succéder.

Il y a aussi les musiciens :  le premier, Aman Amal,  (Luc Boily)  a l'allure d'un Bob Marley en surdose d'une  quelconque  substance chimique, laquelle lui fait voir des lions partout.  Il a l'air plutôt inoffensif, quoique les apparences peuvent être trompeuses... Il se dit mal payé. Le deuxième, Recks Armstrong (Jessi Anderson) a la manie de s'exprimer en chantant, et en veut au Capitaine de ne pas apprécier sa musique.

Les Barmaids, Angélique Margon (Zoé Monette) et  Jenny Lakeport, ( Ashley Bertrand), en plus de jouer leur rôle, ont réellement servi   les breuvages pendant la soirée.  La première déteste le Capitaine,  qui en réalité est son père. Elle lui en veut de l'avoir  abandonnée, ainsi que sa mère, alors qu'elle était bébé.  Il lui vient souvent des envies d'étrangler le Capitaine. La deuxième  le craint  surtout à cause de ses mains balladeuses.

Le serveur, Steven Waters, (Mikaël Bernard) semble préférer la compagnie des barmaids à celle des plaisanciers. Il faut dire que le Capitaine lui interdit de recevoir des pourboires. Il est fustré. Il a néamoins desservi gentiment les convives  tout au long de la soirée.

Le chef cuisinier,  Joseph Fisch, (Miguel Martin), est d'origine allemande, à entendre son accent guttural.  Après quelques lampées de Pepto Bismol , il vous dira " qu'un géant peut tomber de haut, et qu'il suffit de connaître les bons ingrédients"... Il reproche au Capitaine de ne pas le laisser sortir du bateau lors des escales, au "Rocher non percé "et à" l'île des femmes", entre autres.

  Le concierge, Roger Lenoire (Francis Guibord) a passé la soirée à tituber en promenant son seau et sa vadrouille à travers la salle, prenant des pauses ici et là pour reprendre son équilibre et, pour se mouiller le gosier grâce au petit flacon qu'il garde dans la poche de son par-dessus. Il se dit exploité par le Capitaine.

Le mécanicien, Yves Leblanc ( Patrick Barré), a des  allures d'un pitbull enragé.   Engagé par le Capitaine  il y a 27 ans,  il est  confiné dans la cale du navire. Son salaire n'a jamais augmenté. Il brandit sa clé à molette géante en pestant contre le Capitaine.

Le sauveteur, Guy-Paul Goyette, ( Claude-François Perrier) pavane son corps d'athlète en quête de "Chicounes". Le photographe, Gilbert Codaque (Tristan Leblanc) est réduit à photographier les passagers du "Paradis des eaux", lui qui  rêve de photographier le monde.

Le médecin du bateau, le Dr. Erwing Patch (Alain forget-Young), aimerait traiter autre chose que des clients qui ont le mal de mer. En fouillant dans sa trousse , on découvre qu'il y cache un marteau... bizarre...

'L'animatrice, Julie-Annie ( Stéphanie Drouin)  est une sorte de G.O de Club Med. Elle a l'enthousiasme d'une  "Passe-Partout" ( référence pour les plus de 25 ans)... et qui traite un peu son public au niveau de son âge mental. Elle  est la seule qui aime le Capitaine et qui veut le lui prouver en lui offrant ses toutous....  (hum... c'est louche....)

Le garde de sécurité, Ralph Lafleur, (Nicholas Emery) est à la hauteur de la situation et après enquête, dévoilera le coupable.

Le public s'est bien amusé, lorsque les personnages venaient tour à tour étaler leurs récriminations et  semer quelques indices ou encore la confusion.  L'ambiance était à son comble, lorsque toute la troupe entamait la  chanson thème et faisait participer l'auditoire à la chorégraphie. Les comédiens étaient simplement tordants.

La pièce a été créée collectivement. Après  un mois d'écriture et un autre de pratique, tout était prêt. Chacun a mis la main à la pâte pour créer le scénario et les personnages. La  mise en scène a été assurée par l'enseignant.  

Madame Joanne Keatley a mis la touche finale aux décors, qui étaient vraiment de circonstance.

Bref ce fut une belle soirée que la centaine de spectateurs  qui comptait une majorité de parents, d'amis , d'anciens élèves, d'enseignants et enseignantes et de membres de la Direction de l'école, ne risquent pas d'oublier.

Bravo à la troupe!

Ah, oui, vous demandez qui était le meurtrier? C'était le Chef cuisinier. L'auriez-vous deviné? 

 Voici un petit extrait de l'introduction du spectacle:

 http://www.youtube.com/watch?v=g9ZPjp66OC0þ 

 

 

L'Escale en spectacle !!

On peut dire que les planches de la salle  "Optimiste" ne chôment pas dernièrement, grâce aux talents artistiques des Escaliens et Escaliennes. La semaine dernière, on y présentait deux spectacles d'improvisation. Le premier, en après- midi,  opposait une  équipe composée d'anciens membres du Club d'impro  à l'équipe  actuelle, laquelle, on se souvient, a remporté les tournois du Conseil et du Mifo .  Celle-ci est formée de : Miguel Martin, Brian Leblanc, Zoé Monette, Samuel Lavictoire, Jonathan Dion, Dominic Gaumond, Pierre-Paul Gauthier, Jonathan Ross, Shanie Corbeil et Sofie Brunet.  Parmi les anciens, Cédric Desfossés, Julien Lévesque, Frédérik Lavigne et Rock Séguin sont venus appuyer l'équipe d'enseigants, composée de  : Messieurs Jacques Taillefer, Michel Péloquin et Brian St-Pierre.  Madame Mélissa Côté Leblanc agissait à titre d'arbitre. 

Peu de pénalités ont été décernées aux équipes. "Le but était d'offrir un bon spectacle" mentionne, Madame Coté-Leblanc, qui fait équipe avec Monsieur Josiel Gour, comme prof responsable de l'équipe d'impro et  comme entraîneure. "Le but était de promouvoir l'impro à l'école , ajoute Monsieur Gour, Il est rare que toute l'école puisse voir évoluer l'équipe".  "Même si les profs ne sont pas des habitués de l'impro et  ne connaissent pas  tous les règlements, ils se sont lancés quand même" admire Madame Côté-Leblanc. Comme quoi le ridicule ne tue pas.

L'an prochain, l'équipe perd un de ses membres émérites, puisque Miguel Martin, se dirige à l'université . Il  y apportera sans doute son savoir faire.  Pour la relève, à chaque mois de septembre on invite ceux et celles qui veulent faire de l'impro à venir passer des auditions. Avis aux intéressés!

En soirée,  c'est devant devant un public varié, que notre  équipe se mesurait aux membres de " L'acronyme" , une ligue d'improvisation semi-professionnelle d'Ottawa, qu'on connaissait il n'y a pas si longtemps sous l'appellation : "La laitue" ,  dont font partie: Patrick Leblanc, Olivier Nadon, Mendel Péladeau-Houle, Catherine Levac et Manon Piché.  Encore cette fois, les matches étaient excellents, et la foule manifestait son plaisir!

Pour ce qui est des résultats des matches de l'après-midi et de la soirée, personne ne saurait dire qui a gagné. En  fait les deux joutes étaient  tellement amicales  qu'on a oublié de compter les points!  Peu importe, le but c'était d'offrir un bon spectacle.  C'est donc une mission accomplie!

 

L' Impro sur youtube!

Visionnez quelques-uns des derniers matches d'impro, joués dernièrement à l'Escale : Cliquez sur  "suite"au bas pour activer les liens.

http://www.youtube.com/watch?v=k9qmqVg8Zkw


http://www.youtube.com/watch?v=I-KErj9wM1A

http://www.youtube.com/watch?v=e8lWpkkS5wE&feature=related

D'autres sont en préparation.

"Par osmose" , un message percutant!

C'est à nos émotions que s'est adressée la pièce "Par osmose", qui a été présentée les jeudi et vendredi derniers aux élèves de la 6e à la 12e année, ainsi que pour le grand public en soirée.

On aurait entendu une mouche voler, tellement les élèves étaient absorbés par le sujet et subjugués par le jeu des comédiens :

Maryse Boulanger : Stacey

Samuel Lavictoire : Jack, le père, le prof, le curé

Miguel Martin : Jules ( le fils)

Tristan Leblanc : Aurèle 

Zoé Monette : Margot et Suzanne

Myriam Charbonneau : Véronique

Trevor Mockler : Chuck

Louis-Philippe Demers : Luc et le client

  Dès les premiers instants, Maryse Boulanger, dans le personnage de Stacey, entonne la chanson thème de la pièce : l'assimilation. Sa voix chaude et unique donne tout de suite le ton  à la pièce : " J'ai la tête anglaise  et le cœur français".  Elle chantera aussi sa douleur à la fin de la pièce, lorsque, accompagnée de tous les acteurs, elle interprétera "Mommy", jadis popularisé par Pauline Julien . Ce moment  a arraché quelques larmes à plusieurs personnes et fait réfléchir plus d'un.

La pièce raconte l'histoire des grands-parents  de  Tracy, lesquels ont quitté Trois-Rivières pour s'établir à Sudbury.  On assistera à l'adaptation difficile de  Margot, mère au foyer  dans une région à majorité anglophone . Elle est interprétée avec conviction par Zoé Monette. Aurèle, son mari, incarné par  le tout aussi talentueux Tristan Leblanc , lui, s'est empressé de s'adapter à vivre en anglais à cause de son travail.  Suite à leur mariage, une scène particulièrement hilarante, grâce au Curé, joué par Samuel Lavictoire, deux enfants viendront compléter leur union.  Le fils, Jules, joué par Miguel Martin, semble avoir hérité des valeurs de sa mère. Il est très attaché à sa langue et à sa culture. Il en est d'ailleurs souvent ridiculisé par ses amis, Chuck (Trevor Mockler) qui est aussi le petit ami de Véronique et Luc ( Louis-Philippe Demers). Cependant Jules ne cèdera jamais à la pression des pairs et continuera d'avoir  la force de ses convictions. On ne peut en dire autant de sa soeur, Véronique, joué avec brio par  Myriam Charbonneau, qui deviendra justement la mère de Tracy plus tard. Dès un très jeune âge, cette dernière démontre un penchant pour l'anglais. La foule a particulièrement apprécié l'humour de cette scène où elle se chamaille avec son frère  pour un choix d'émission de télé :  "Polka dot door" ou "Passe-Partout". La scène de sa crise, est particulièrement réussie , elle démontre bien la rivalité enfatine. Leurs différences se poursuivront ainsi toute leur vie. À l'adolescence, Jules ira même jusqu'à se battre avec un ami qui aura ridiculisé sa mère, parce qu'elle ne parlait pas bien en anglais. Véronique, pour sa part, graduellement, ne s'exprimera plus que dans la langue de Shakespeare.

Lors de la naissance de Stacey, Jules deviendra son parrain. Lui et sa grand-mère seront les seuls à lui parler en français, de sorte qu'elle le comprendra, mais ne le parlera jamais.

Encore une fois, Madame Mélissa Côté Leblanc signe une mise en scène originale, tout était réglé au quart de tour. Les décors, des plus minimalistes, étaient constitués de blocs, qui  formaient tantôt un train, tantôt un salon, tantôt une chambre à coucher. Toute l'attention était ainsi accordée aux comédiens, dont les spectateurs ont vraiment apprécié le jeu et le talent. La musique, qui servait de lien entre les scènes  et qui en donnait  le ton, était assurée par l'excellente Mariève Groulx.

Les représentations ont été  suivies d'une période de commentaires et de questions. Et toutes les interventions ont fait ressortir chez nos élèves  leur attachement à notre culture et à  notre langue, et a aussi fait ressortir l''importance de demander nos services en français. Comme l'a bien si bien fait remarquer  Myriam Charbonneau,  pour conclure le tout : « Si on ne le fait pas, bien ce sera toujours pris pour acquis qu'on n'en a pas besoin ».

Bravo à toute la troupe. Que votre message résonne longtemps dans nos cœurs et dans nos corridors.

2018 © Tous droits réservés École secondaire catholique L'Escale.
Politique de confidentialité |  Dernière mise à jour : 27 mai 2018